Autoédition

Comment promouvoir son roman ?

Ton roman est publié, disponible sur les plateformes que tu as choisi, et tant mieux ! Maintenant, encore faut-il qu’il soit lu ! En tant qu’auteur auto-édité, c’est à toi de te charger de la promotion (comme de tout le reste d’ailleurs). Je ne vais pas te mentir, c’est long, de faire de la com. C’est aussi une des parties que je préfère, après l’écriture bien sûr. Allez, je te donne quelques tuyaux !

Trouver des lecteurs

Parce qu’un livre, c’est fait pour être lu, et si tu es auto-publié, tu es bien placé pour le savoir. Si tu as de la chance, tu n’es pas à l’abri d’un succès fulgurant sans rien avoir fait de particulier… Mais pour la majorité d’entre nous, il va falloir se bouger le popotin pour trouver des lecteurs.


Ton cercle proche
La première chose à faire est bien entendu d’en parler à tes amis et à ta famille, pour qu’ils achètent ton roman en ebook ou en papier. Même si ce ne sont pas de grand lecteurs, le simple fait qu’ils participent te fera surement un peu remonter dans le classement d’Amazon (si c’est ton distributeur). Demande leur de mettre un commentaire sur les différentes plateformes d’avis de livres comme Babelio, Booknode, etc. C’est un bon début et cela t’aidera à avoir plus de visibilité.


Les chroniqueurs
Voir son livre passer au crible par un chroniqueur est une expérience très enrichissante. Tu peux trouver nombre d’entre eux sur la plateforme simplement.pro ! Certains vont publier leur avis sur ton livre sur leur instagram, leur blog, et même sur Amazon (ce qui n’est jamais négligeable). Évidemment, en proposant ton livre en service presse, tu prends le risque qu’il ne plaise pas à certains… Tant que la critique est constructive, alors il y a toujours moyen de rebondir. Concernant les chroniqueurs, je fais bien attention de proposer mon livre à des personnes dont c’est le genre de lecture, pour être sure de ne pas me tromper. Je vais également lire quelques unes de leurs précédentes chroniques, puis, si elles me plaisent, je leur envoie mon roman en ebook. Je n’envoie jamais de SP papier, déjà parce que ça me coûterait un bras, et aussi parce que certains chroniqueurs ne se gênent pas pour revendre les Services Presses qu’ils reçoivent, pratique que je considère, pour ma part, assez malhonnête. Prudence, donc !

Interagir avec ses (futurs) lecteurs

Il est, à mon sens, indispensable d’avoir une présence sur le net lorsqu’on s’auto-édite. Comme tu n’as pas d’éditeur, je trouve qu’il est encore plus facile de gommer le filtre entre l’auteur et son lecteur, et ça, c’est magique. Et pour faire ça, force est d’admettre que les réseaux sociaux sont idéaux.


Quel réseau social choisir ?
En ce moment, Instagram a le vent en poupe. il y a une très grosse communauté de lecteurs là-dessus, et si tu veux te faire connaître, c’est surement par là qu’il faut commencer. Mais l’algorithme d’Instagram est précis et capricieux ; il ne suffit pas du publier du contenu une fois de temps en temps pour que ça fasse le job, ni de partir à la chasse aux likes. Pour te faire connaître sur insta, il va falloir y mettre du tien ; c’est à dire t’intéresser aux autres, partager ce qu’ils font, commenter, etc. Il faut aussi publier du contenu régulièrement pour fidéliser tes abonnés, et les inciter a interagir avec toi. Facebook peut aussi s’avérer utile, tout comme Twitter, mais il vaut mieux se concentrer sur un ou deux réseaux et le faire bien plutôt que d’être partout et de s’emmêler les pinceaux.


Oui mais publier, ça prend du temps !
Il est vrai que publier sur les réseaux prend un temps considérable. Il faut faire des photos ou des visuels, écrire le texte, trouver les bons hashtags… D’où l’important d’avoir un planning éditorial qui tient la route et qui va faciliter ton boulot. En ce qui me concerne, j’utilise trois outils pour mes réseaux, sans lesquels j’aurai jeté l’éponge depuis longtemps !

  • Trello : j’utilise Trello pour mon planning éditorial. J’y note mes idées, les articles que je veux écrire, et les exemples de posts pour chaque jour où je dois publier. C’est très simple de prise en main et cela fait gagner un temps considérable.
  • Canva : pour les visuels, Canva est le top du top. J’en ai déjà parlé mais c’est ma révélation de l’année dernière ! On peut y faire des designs sympas sans avoir de connaissances particulières en la matière, et ça, c’est génial !
  • Creator Studio : l’outil de planification de Facebook pour programmer ses posts. Il faut avoir des comptes professionnels (c’est gratuit hein, pas de panique) et hop ! tu peux programmer tes publications pour la semaine, le mois, ce qui t’arrange.

Je précise que tous ces outils ont une version gratuite extrêmement complète.

La communication orale

Tu as écrit un livre ? Eh bien parles-en ! À ton travail, dans des événements, pendant les dîners de famille, partout ! Le bouche à oreille est encore un excellent moyen de se faire connaître. J’ai moi-même mis un certain temps avant de dire autour de moi que j’étais écrivaine ; je suis encore surprise de l’intérêt que porte les gens à mon travail, alors que ce ne sont pas, de prime abord, des lecteurs potentiels. Les discussions sont toujours intéressantes, enrichissantes, et je ne regrette jamais de les avoir lancées (sauf quand on me demande pourquoi je n’écris pas le même style que Levy ou Musso).

Les Salons

Je vais être assez brève sur ce sujet car je ne fais que très peu de salons. Cependant, il me semble primordial d’aller y faire un tour, même quand on ne tient pas de stand. C’est toujours bien de pouvoir rencontrer d’autres auteurs, édités ou auto-édités, de partager sur une passion commune… C’est comme ça qu’on commence à se faire un réseau, et le réseau, je ne vous l’apprends pas, c’est toujours très important !
J’ai donc encore été trop bavarde, je m’arrête ici pour cet article. N’hésite pas si tu as des questions sur quoi que ce soit ! Et à la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.